Abba Mios, de Bélos, dit : "L'obéissance répond à l'obéissance. Quand quelqu'un obéit à Dieu, Dieu aussi lui obéit".  
Présentation

Fermer Anciens numéros Diakonia

Fermer Catéchèses

Fermer Divers

Fermer Hagiographie

Fermer Nos publications

Fermer Persécution des chrétiens

Fermer Textes patristiques

Fermer Vidéos choisies

Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Nouvelles des Amis
Nouvelles

Intronisation - par webmaster le 19/11/2013 @ 08:51

Intronisation du nouvel évêque du diocèse antiochien orthodoxe de France et d’Europe occidentale et méridionale, le métropolite Ignatios (Alhochi)


Intronisation.jpgHier dimanche 17 novembre, en l’église Sainte-Hélène de Vaucresson, a eu lieu l’intronisation du nouvel évêque du diocèse antiochien orthodoxe de France et d’Europe occidentale et méridionale, S. E. le métropolite Ignatios (Alhochi).
La cérémonie était présidée par le patriarche Jean X d’Antioche, entouré de plusieurs évêques du patriarcat d’Antioche, dont les métropolites Georges (Khodr) du Mont Liban, Sava (Esber) de Bosra, Georges (Abu Zaham) de Homs, Jean (Mansur) de Lattakié, Damaskinos (Mansur) du Brésil.
L’intronisation a pris place dans le cadre de la divine liturgie, célébrée par le patriarche Jean X, entouré des évêques précités, et du métropolite Joseph (patriarcat de Roumanie), de l’évêque Nestor (patriarcat de Moscou), de l’évêque Michel (Église russe hors frontières), de l’évêque Porphyrios (Église de Chypre), et de l’archimandrite Justin (représentant Mgr Luka, patriarcat de Serbie), tandis que le métropolite Emmanuel, également présent, se tenait dans la nef.
Environ trois cents fidèles, en très grande majorité d’origine syrienne et libanaise, assistaient à la cérémonie.
Le patriarche a adressé à Mgr Ignatios un discours où il lui a rappelé les exigences de son nouveau ministère.
Le nouvel évêque a de son côté présenté les directions et l’esprit dans lequels il entend l’exercer, insistant fortement sur le thème de l’unité.
Le métropolite Emmanuel a transmis les félicitations du patriarche de Constantinople Bartholomée, et exprimé la joie de l’Assemblées de évêques orthodoxes de France d’accueillir le nouvel évêque en son sein. À l’occasion de cette cérémonie, le patriarche Jean X a offert un encolpion au métropolite Emmanuel.
Après qu'eut été lu un message de félicitations de Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères en charge des cultes, le représentant la Conférence des évêques catholiques de France, la représentante de la Féderation protestante de France, et le délégué épiscopal catholique à l’œcuménisme ont exprimé leurs vœux à Mgr Ignatios.
À l’issue de la cérémonie, chaque fidèle a pu féliciter le nouvel évêque et recevoir la bénédiction du patriarche Jean X et de tous les évêques présents. Pour voir l'album de photographies de l'évènement, cliquez ICI

Source: www.orthodoxie.com


Archevêché Antiochien Orthodoxe de France, de l’Europe Occidentale et Méridionale

« Et c’est à Antioche que, pour la première fois, le nom de « chrétiens » fut donné aux disciples » (Actes, 11,26).

Ce passage des Actes des Apôtres atteste de la fondation et des racines apostoliques de l’Eglise d’Antioche. Le Patriarcat grec-orthodoxe d’Antioche et de tout l’Orient est en réalité la plus ancienne Eglise d’Orient, et la première en nombre de fidèles dans le Proche Orient. Sa Béatitude le Patriarche JEAN X (YAZIGI) est le 158ème Patriarche d’Antioche depuis saint Pierre, le premier évêque de ce Trône apostolique. Le Patriarcat d'Antioche a pour saints patrons les deux Coryphées des Apôtres, Saints Pierre et Paul. Son emblème est la fameuse icône "Concordia Apostolorum" (Concorde des Apôtres).

Mgr_Ignatios.jpgSon Excellence Mgr IGNATIOS (ALHOCHI), alors évêque auxiliaire de l'Archevêché Orthodoxe Antiochien d'Europe, a été désigné Vicaire Patriarcal d’Europe pour le siège diocésain devenant ainsi vacant, avant d’être élu par le Saint Synode du Patriarcat d’Antioche le 15 octobre dernier métropolite avec juridiction canonique sur le nouveau diocèse formé par le Saint Synode, « l’Archevêché Orthodoxe Antiochien de France, d’Europe Occidentale et Méridionale ». Cet Archevêché dans sa nouvelle configuration géographique regroupe actuellement 5 paroisses (deux en région parisienne, une à Tours, une à Nice et une à Genève) ainsi qu’un monastère de moniales (le monastère du Buisson Ardent, à Villardonel-La Barthe Haute)


Suite et Source: Eglise Russe 


Le Soeurs de Minsk à Bruxelles - par webmaster le 15/11/2013 @ 20:46

Comme chaque année, les soeurs du Monastère sainte Élisabeth de Minsk sont présentes à la librairie UOPC.
Srs_Minsk_Noel2013.jpg

Mgr Hilarion de Volokolamsk devant la Xème Assemblée Générale du COE 

"Tandis que nous continuons à discuter de nos différences dans l’atmosphère confortable de nos conférences et de nos dialogues théologiques, une question se pose avec toujours plus d’acuité : la civilisation chrétienne survivra-t-elle seulement ?"
L'un des plus grands rassemblements chrétiens au monde, la Dixième Assemblée du Conseil œcuménique des Églises (1), se déroule à Busan (République de Corée) du 30 octobre au 8 novembre 2013 sur le thème que j'ai pris comme titre de cet article. L'Assemblée est l'organe directeur suprême du Conseil œcuménique des Églises (COE) et se réunit tous les sept ans. Plus de 3000 délégués officiels de 345 Églises et communautés ecclésiales affiliées à l’organisme, des Églises non-membres et d’organisations associées sont attendus (2)
La délégation de l'Eglise russe est la plus nombreuse; dirigée par le métropolite Hilarion de Volokolamsk, Président du Département des relations ecclésiastiques extérieures du Patriarcat de Moscou, elle compte plus de 20 membres, avec des représentants de plusieurs Eglises autonomes (Ukraine, Biélorussie, Chine, Japon…). Le métropolite Hilarion a donné à cette occasion une interview à "RIA Novosti" (3) et une l'allocution prononcée devant l’Assemblée générale que je résume. (4)
"Témoigner de l’Orthodoxie devant le monde hétérodoxe"
C'est l'objectif essentiel de notre participation aux travaux du COE", souligné le métropolite en définissant les priorités du travail de la délégation de l'Eglise russe, et il a précisé son point de vue dans l'interview à "RIA Novosti":
"Le COE reste à sa manière le seul espace où peuvent se rencontrer les représentants de plus de 300 églises. L’Église catholique n’est pas membre du Conseil, dont c’est l’une des faiblesses depuis l’origine. Les forces en présence dans le monde chrétien ne sont donc pas pleinement représentées, parce que la plupart des membres du COE sont des églises protestantes. A toutes les rencontres du COE, y compris l’actuelle assemblée, les participants orthodoxes et les représentants des Églises orthodoxes préchalcédoniennes ne représentent ensemble qu’un quart des participants.
C’est la troisième assemblée à laquelle je prends part en tant que chef de la délégation de l’Église orthodoxe russe. En 1998, nous n’avions qu’une délégation semi-officielle de 5 personnes, que je présidais en tant que hiéromoine. C’était l’époque où nous étions très critiques sur le Conseil œcuménique des églises car l’ordre du jour était à tendance très libérale, tandis que les églises protestantes du nord et de l’ouest donnaient le ton. Grâce, entre autres, à notre critique, et grâce à une conférence interorthodoxe qui, à notre initiative et à l’initiative de l’Église serbe, a été réunie à Salonique en 1998, le COE a révisé son ordre du jour et le mode de prise de décisions.
Lire la suite sur "Eglise Russe"
 

Décès de Mère Olga de Bussy - par webmaster le 11/11/2013 @ 17:30

Décès de Mère Olga (Slezkine), higoumène du monastère de Bussy

MereOlga
Mère Olga (dans le monde Hélène Slezkine), higoumène du monastère Notre-Dame-de-toute-Protection à Bussy-en-Othe (Yonne), est décédée ce matin au cours de la liturgie, à l'âge de 98 ans. Née à Saint-Pétersbourg le 29 octobre 1915, elle avait fait, après une licence en droit, un doctorat en études slaves, avec une thèse, soutenue en Sorbonne en 1973, consacrée à « Ivan Kireievski et Optina Poustyne ». Elle avait alors été quelque temps maître-assistante à l’Institut national des langues orientales, et avait dirigé le service orthodoxe des pèlerinages en Terre sainte, avant de devenir moniale puis higoumène au monastère de Bussy.

In Memoriam - par webmaster le 11/11/2013 @ 17:27

IN MEMORIAM  ARCHEVEQUE GABRIEL DE COMANE  (1946-2013)

«Les justes vivent pour toujours; leur salaire dépend du Seigneur et le Très-Haut prend soin d’eux» (Sagesse 5, 15)

Mgr_Gabriel.jpgLe samedi 26 octobre 2013 à Maastricht (Pays-Bas), l’Archevêque Gabriel de Comane a rendu son âme au Seigneur à l’âge de 67 ans, suite à une longue et pénible maladie.
L’Archevêque Gabriel d’éternelle mémoire (son nom dans le monde était Guido de Vylder) était né le 13 juin 1946, à Lokeren, près de Gand, (Belgique), dans une famille flamande de confession catholique-romaine. Après ses études secondaires, il a reçu une formation technique pour succéder à son père à la tête d’une entreprise familiale. Il a accompli son service militaire en 1966 et est entré à l’institut des vocations tardives de Courtrai où il a fait ses études jusqu’en 1970.
Pour quatre années (1970-1974) il a étudié au séminaire de Gand la philosophie et la théologie. Ayant un esprit inquiet qui ne se contentait pas des connaissances acquises par sa formation, il voulait approfondir ses recherches sur la foi chrétienne. Cette recherche l’a conduit à faire la connaissance de l’Orthodoxie dans les paroisses orthodoxes russes en Belgique et aux Pays-Bas.
En 1974, il entre officiellement dans la communion de l’Église orthodoxe à la paroisse orthodoxe de Saint André l’Apôtre à Gand. Jusqu’en 1976, il poursuit sa formation à la section des études morales et religieuses de l’université de Louvain. Le 5 octobre 1975 fut ordonné diacre par l’Archevêque Georges (Tarassoff) de Syracuse, à Paris.
Le 27 juin 1976, il devient prêtre, ordonné par ce même archevêque en la cathédrale Saint-Alexandre-Nevsky, à Paris. L’année suivante, le 18 mai 1977, il est nommé recteur de la paroisse Saint-Jean-Chrysostome à Maastricht (Pays-Bas) fondée en 1972 et dont s’occupera jusqu’en 2003, tout en travaillant comme professeur d’histoire des religions dans l’enseignement secondaire néerlandais de 1976 à 1997.
Dans les années qui suivent, il participe activement à la création d’autres paroisses aux Pays-Bas et en Belgique. En 1993 l’Archevêque Serge d'Eucarpie le nomme doyen des paroisses de l’Archevêché de tradition russe dépendant du Patriarcat Œcuménique de Constantinople en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. À ce titre, de 1995 à 2003, il représente l’Orthodoxie dans le Conseil des Eglises aux Pays-Bas. En 1994 il prononce ses vœux monastiques auprès de l’Archevêque Serge d'Eucarpie et reçoit le nom de Gabriel. Peu après il est élevé à la dignité d’higoumène et le 21 mai 1998 il devient archimandrite.

Source et suite

Institut saint Paul - par webmaster le 11/11/2013 @ 17:22

INAUGURATION OFFICIELLE DE L’INSTITUT DE THÉOLOGIE ORTHODOXE "APÔTRE PAUL"


Le samedi 5 octobre 2013 à la chapelle de la Résurrection (Rue Van Maerlant 22-24), à Bruxelles, a eu lieu l’inauguration solennelle du nouvel Institut de Théologie Orthodoxe «Apôtre Paul». Informations ICI 

En Égypte - par webmaster le 11/11/2013 @ 17:17

L’Occident tout entier est outré, offusqué, scandalisé parce que l’armée égyptienne a osé déloger les Frères musulmans des deux bastions de Rabia et de Nahda, où ils s’étaient barricadés depuis plusieurs semaines. Bilan : plus de 600 morts dans les deux camps.
 
Aussitôt, les médias bien pensants poussent des cris d’orfraie et demandent que le Conseil de Sécurité et les associations internationales des droits de l’homme condamnent avec la plus extrême fermeté cette sauvage agression.
 
Pauvres Frères musulmans victimes de la violence ! Ces gentils moutons, bien connus pour leur douceur et leur innocence, sont l’objet de procédés inacceptables. Il faut donc les défendre contre les loups dévorants de l’armée et de la police égyptiennes. Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Turquie, Onu… se lèvent alors comme un seul homme pour dénoncer l’injustice, défendre ces innocents et inviter le monde à voler à leur secours. Les médias internationaux enfourchent aussitôt Pégase pour pourfendre les coupables…
 
Cette levée de boucliers pour réclamer et proclamer le droit de tout citoyen à manifester "pacifiquement" a quelque chose de tragi-comique.
 
Mais, passons aux faits :
 
- La mosquée de Rabaa, où s’étaient enfermés les Frères, était une véritable poudrière, où l’on a découvert un arsenal de guerre inouï. Aucune dénonciation de l’Occident.
 
- Depuis des semaines, les milices des Frères, armées jusqu’aux dents, sèment la terreur dans l’ensemble de la population d’Egypte : meurtres, enlèvements, kidnappings, demandes de rançons, rapts et viols de filles mariées de force à des musulmans. Aucune réaction de l’Occident.
 
- Plus d’une vingtaine de postes de police pillés et brûlés ; près d’une cinquantaine de policiers et d’officiers massacrés et torturés de la manière la plus sauvage. Silence de l’Occident.
 
- Mausolées soufis détruits et familles chiites massacrées ne soulèvent aucune émotion internationale.
 
- Une cinquantaine d’églises, d’écoles et d’institutions chrétiennes brûlées dans la seule journée du 14 août. Aucune protestation de la part de l’Occident.
 
- Prêtres et chrétiens attaqués et tués - dont des enfants en bas âge - pour la seule raison qu’ils sont chrétiens. Aucune dénonciation occidentale qui serait taxée d’"islamophobie", qui est aujourd’hui le crime des crimes.
 
- Près de 1 500 personnes massacrées par les milices de Morsi au cours de son année de règne. Silence des médias.
 
Lorsque l’Egypte décide enfin de réagir pour mettre un peu d’ordre, l’Occident crie à la persécution, à l’injustice, au scandale.
 
Ce n’est un secret pour personne que les élections présidentielles furent une vaste mascarade et que le scrutin fut entaché d’énormes fraudes. Malgré tout, les médias persistent à affirmer que Morsi a été le premier président de l’histoire d’Egypte élu "démocratiquement" et qu’il a pour lui la "légitimité".
 
Le peuple égyptien, qui a bon dos, a quand même accepté de jouer le jeu, en se disant : voyons-les à l’œuvre. Le résultat fut tellement catastrophique - insécurité, chômage, inflation, pénuries de pain et d’essence, économie en chute libre, tourisme agonisant… - que l’ensemble de la population, au bout d’un an, demande à Morsi de dégager.
 
En moins de deux mois, le mouvement "Tamarrod" rassemble plus de 22 millions de signatures réclamant son départ. En vain ! Face à son obstination, plusieurs dizaines de millions d’Egyptiens - dont une majorité de gens du petit peuple qui étaient ses anciens partisans - déferlent dans les rues des grandes villes pour exiger son départ. Encore en vain !
 
L’armée - jusqu’alors neutre - se décide à intervenir pour soutenir le peuple et écarter l’indésirable, qu’elle garde en résidence surveillée. Au cours de longues heures d’interrogatoire, elle obtient de lui des révélations d’une gravité exceptionnelle, qui compromettent aussi bien les Frères musulmans qu’un certain nombre de pays étrangers.
 
Face à la prise de pouvoir de l’armée, l’Occident crie aussitôt au "coup d’Etat". Si "coup d’Etat" il y a eu, celui-ci fut populaire et non militaire, l’armée n’ayant fait qu’obtempérer à la volonté du peuple. Celui-ci, excédé par un Président qui l’avait trompé, floué, berné, a donc, par une réaction de survie, réclamé son départ.
 
Une petite histoire très savoureuse illustre bien ce que je dis. Quelqu’un achète au marché une boîte de conserve qui, une fois ouverte, se révèle avariée. Que va-t-il faire ? La manger ou la jeter ? La jeter bien entendu. C’est un peu ce qu’a fait le peuple égyptien auquel Morsi et les Frères promettaient monts et merveilles. Une fois la boîte ouverte, il s’est aperçu que l’intérieur était pourri. D’où sa réaction de rejet.
 
Suite à l’exclusion de Morsi, l’armée a voulu quand même associer les Frères musulmans au nouveau gouvernement en leur proposant de faire équipe avec les autres tendances. Ils se sont heurtés à un refus obstiné et systématique.
 
Après de nombreuses tentatives infructueuses de dialogue et de négociations avec eux, un nouveau gouvernement provisoire est mis en place.
 
Ils décident alors de "prendre le maquis" et de semer la terreur, ce en quoi ils ont bien réussi. Mais cette stratégie ne fait qu’augmenter leur impopularité, et l’on peut dire aujourd’hui que le peuple égyptien les exècre et les honnit.
 
Equipés des armes les plus sophistiquées, ils s’organisent un peu partout pour brûler, attaquer, tuer, détruire…
 
L’armée décrète alors l’état d’urgence et impose un couvre-feu du coucher au lever du soleil. Mais les Frères musulmans s’estiment dispensés d’obéir. Le 16 août, de ma chambre, toute proche de l’avenue et de la place Ramsès grouillantes de leurs miliciens, j’entends explosions, coups de feu et tirs de mitraillettes provenant des rues avoisinantes.
 
Après plusieurs sommations aux jeunes de rentrer chez eux, l’armée décide alors d’envoyer ses chars pour faire respecter le couvre-feu. Face aux dégâts probables, l’Occident bien pensant incriminera alors l’armée d’avoir eu le culot d’attaquer des manifestants "pacifiques"…
 
Mais de qui se moque-t-on ?
 
Henri Boulad, Le Caire, le 17 août 2013
 
Source: La Libre Belgique

 

Institut saint Paul - par chrysostome le 15/10/2012 @ 04:00

OUVERTURE DU NOUVEL INSTITUT DE THEOLOGIE ORTHODOXE A BRUXELLES DEDIE A L'APÔTRE PAUL


L’ouverture de l’Institut de Théologie Orthodoxe “Apôtre Paul” aura lieu dans les locaux du 'KESTEKIDION, Rue Joseph Claes 91 à 1060 Bruxelles, samedi 5 octobre 2013 à 10h sous la présidence de son recteur, Son Eminence le Métropolite Panteleimon de Belgique, Exarque du Patriarcat Oecuménique et représentant officiel de l'Eglise Orthodoxe en Belgique.

Tous y sont invités!

Site web


DébutPrécédent [ 1 2 3 4 ] SuivantFin
 
Menu
Recherche