Abba Mios, de Bélos, dit : "L'obéissance répond à l'obéissance. Quand quelqu'un obéit à Dieu, Dieu aussi lui obéit".  
Présentation

Fermer Anciens numéros Diakonia

Fermer Catéchèses

Fermer Divers

Fermer Hagiographie

Fermer Nos publications

Fermer Persécution des chrétiens

Fermer Textes patristiques

Fermer Vidéos choisies

Webmaster - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Nouvelles des Amis
Nouvelles des Amis - Orthodoxologie



De retour de l'au-delà (7)  Voir?



Père George: 
Eh bien, vous n'avez pas réellement vécu pour voir le Jugement Dernier. Le Jugement Dernier sera à la fin des temps, lorsque les morts ressusciteront. Les âmes se joindront aux corps des morts, et les gens avec leurs corps se tiendront devant le Terrible Tribunal. Le ciel et l'enfer viendront après le Jour du Jugement. Avant cela, selon saint Marc d'Éphèse, les âmes seront dans l'attente du Jugement Dernier. Selon l'état de leur âme, les gens souffriront en attendant leurs tourments futurs ou éprouveront le bonheur en anticipant les bénédictions futures.

Vasily Lazarev: 
Peut-être, était-ce un pré-jugement. Ma propre condamnation. Je suis passé par beaucoup de choses, mais je ne veux même pas penser à colère de Dieu en aucune façon. Je n'ai pas une seule pensée comme ça. J'avais l'habitude de faire des choses folles. Maintenant, en sachant tout ce qui pourrait être là-bas... À quel point cela peut être bon ou mal... Je ne peux même pas y penser. Plus tôt, je ne pouvais pas imaginer ma vie sans cigarettes et je pensais: "Si tu n'as pas fumé de drogue ou eu une injection aujourd'hui, tu as perdu un jour." Après tout ce que j'ai appris, j'ai tout quitté. Je ne suis pas lâche, mais j'ai mon meilleur comportement maintenant. Je ne veux pas y aller [en enfer]. C'est effrayant.

Père George: 
Vous voulez dire dans les ténèbres extérieures?

Vasily Lazarev: 
Oui. Surtout, parce que c'est pour toute l'éternité. J'ai également compris que, d'une certaine manière, nous avons deux naissances. Tout d'abord, lorsque nous sommes nés, et la seconde c'est quand nous mourrons. Dans cette vie, alors que nous sommes dans ce monde, nous devons décider qui nous sommes et quelles actions nous faisons. Je suis très chanceux d'avoir eu une seconde chance. Dieu m'a donné une nouvelle vie afin que je comprenne ce qu'est l'amour. Il vous suffit de purifier votre comportement à temps. Comme saint Séraphim de Sarov l'a déclaré: "Nous devons acquérir l'Esprit Saint".

Père George: 
Nous devons le faire ici sur terre, car la-bas, il n'y aura plus de choix. Vos paroles sur la naissance m'ont rappelé les paroles de Grégoire du Sinaï qui dit: "Ici sur la terre, les gens portent l'embryon de leur vie future qui sera soit une agonie éternelle, soit un bonheur éternel avec Dieu." En fait, dans la mort, les gens ont l'éternité qui était déterminée par leur action envers Dieu ou le péché.

Vasily Lazarev: 
C'était en fait ce qui m'a poussé à raconter mon histoire. Tout cela est très personnel... Ce n'est pas tout le monde qui parlerait de lui-même. Je tiens à attester que la personnalité est indestructible. Je suis resté conscient tout le temps. Cela confirme que nous ne sommes pas morts. Je dis cela pour les athées, pour ceux qui rejettent Notre Seigneur. Ici, ils espèrent quelque chose, peut-être que le prince de ce monde les aide; mais il ne les protégera pas là-bas. Là-bas, ils obtiendront ce qu'ils méritent. C'est absolument vrai.

Vous ne devriez pas seulement croire, vous devriez également faire de bonnes actions. Pensez-vous, à la raison pour laquelle vous êtes né? Est-ce que l'organisme biologique le plus compliqué de la planète a été créé juste pour passer le temps à l'improviste? Notre vie sur Terre est un court moment, mais c'est un moment très important, car c'est ici que nous décidons si nous allons vers Lui ou non. Il n'y aura pas d'autre moment comme ça et vous ne pouvez rien changer après votre mort. Essayez d'éviter de faire du mal, alors que vous avez encore du temps et demandez pardon pour les gens que vous avez blessés. Et consacrez toutes vos actions à la gloire de Dieu.

Je vous rappellerai deux commandements que Jésus-Christ nous a donnés: "Et tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit..." et "Tu aimeras ton prochain comme toi-même."(Marc 12:30, 31). Si tous les gens suivaient ces deux commandements, toute la Terre serait protégée par l'amour. 

À cet égard, l'Église orthodoxe est le navire amiral. Je pense que c'est le seul véritable enseignement qui nous conduit à l'au-delà. J'ai connu l'au-delà personnellement. Peut-être, mon histoire aidera-t-elle certaines personnes à réfléchir à leurs actions et à reconsidérer leurs manières de vivre. Beaucoup de gens m'ont dit: "Vous avez seulement eu des hallucinations sous l'influence de la drogue. Une sorte de délire qui survient lorsque le cervelet fait quelque chose...

Père George: 
Mais le fait que votre vie a changé d'une manière aussi draconienne, est déjà une preuve que cela n'aurait pas pu être de simples hallucinations. Les toxicomanes voient des hallucinations tout le temps, mais ils ne changent pas leurs vies. La vie ne peut être modifiée que par une expérience réelle. Je pense que Dieu vous a montré par avance les choses qui pourraient arriver, car tout dans votre vie passée vous a conduit à un endroit différent, dans ces ténèbres extérieures. Par son amour, Dieu a montré ce qui vous attend, afin que vous puissiez faire le bon choix. Remerciez Dieu d'avoir bien utilisé votre deuxième chance.

Merci beaucoup pour votre récit. Dieu vous bénisse!

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

... / ... Lire la suite

(19/10/2017 @ 05:00)
De retour de l'au-delà (6)  Voir?


Père George: 
Ils l'ont fait [le baptême]simplement pour des raisons de tradition, je suppose?

Vasily Lazarev: 
Oui. À cette époque, je n'avais attaché aucune importance à cela. Franchement, je ne pensais pas à Dieu ou à son existence jusqu'à l'âge de 20 ans. Nous vivions, c'est tout. Probablement six ans se sont écoulés après ce qui m'est arrivé, avant d'aller à l'église... 

J'ai commencé à aller à la Communion une fois toutes les trois semaines. Je suis allé à la confession, j'ai reçu la Communion. Quand j'ai reçu la communion pour la première fois, c'était quelque chose d'étranger à ce monde. Je suis une personne brutale et parfois je peux être grossier, mais à cette époque, je me suis simplement détendu et tout le monde semblait être de gentils anges pour moi. Cela a duré environ un jour, je pense. C'était très semblable au sentiment que j'éprouvais là-bas. Le sentiment de bonheur. Lorsque nous participons au Corps et du Sang du Christ, nous devenons apparentés à Lui. Et après ma première communion, j'ai été surpris, "Comment cela se pouvait-il? J'avais les mêmes sentiments que j'avais là-bas. "Cela ne se produit pas à chaque fois, mais cette fois-ci, c'était quelque chose...J'en suis presque tombé à la renverse dans l'église.

J'ai compris de nombreuses choses intéressantes lorsque je pensais à ce que j'avais vu. Les gens qui finiront en enfer seront jetés dans les ténèbres extérieures. Les gens qui arrivent après leur mort, ils sont ... Leurs âmes sont si pécheresses qu'elles s'éloignent de Dieu. Ils se condamnent eux-mêmes. Plus vous êtes pécheur, plus vous êtes loin de Dieu et de Sa Lumière. Vous ne pouvez pas L'approcher lorsque vous êtes couvert par la terreur de vos pensées et de vos actes. Vous êtes encore plus loin dans les ténèbres, où toutes vos peurs vous attendent; tandis que près de Lui il n'y a pas de peur, seulement le bonheur. La vie se termine de façon inattendue et lorsque vous vous présentez devant Lui et que tous vos actes sont exposés, rien ne peut être changé. Vous vous condamnez et vous ne vous permettrez pas de vous rapprocher de la Lumière, car sa brûlure serait insupportable. Seules des choses similaires peuvent être ensemble. Ce n'est pas comme le Jugement Dernier tel qu'il est souvent décrit...

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

... / ... Lire la suite

(18/10/2017 @ 05:00)
SOLIDARITE KOSOVO  Voir?




Sept pianos livrés à la seule école de musique serbe du Kosovo

Chers amis,
Lors de la guerre de 1999, la plupart des infrastructures serbes du Kosovo-Métochie ont été fermées  ou détruites ; tout ce qui pouvait rappeler le passé chrétien de la région a été soit brûlé (dont plusieurs centaines d'églises et monastères partout au Kosovo), soit rendu invisible. De nombreux musées ont été évacués en urgence vers la Serbie centrale ou dans les enclaves serbes du Kosovo, où certains conservateurs ont ouvert des centres culturels où ils exposent ce qu'ils ont pu emporter ainsi que, le plus souvent, la mémoire de la guerre et de l'épuration ethnique.
Les écoles dans la plupart des villes ont elles aussi été fermées, et les écoliers ont dû se réfugier dans celles des enclaves. Dans l'enclave de Stanisor, un petit village de quelques centaines d'habitant, c'est une école d'un type particulier qui a été (re)créée. Fuyant les persécutions, le directeur de l'école de musique de Gnjilane s'est réfugié dans ce village resté serbe. Là, il a rapidement entrepris de remonter l'école de musique, avec les quelques instruments qu'il avait pu emporter. C'est aujourd'hui la seule école de musique accueillant les élèves chrétiens au Kosovo.



Un professeur de l'école de musique de Stanisor essaie un piano offert par Solidarité Kosovo juste après sa livraison.
De nombreux enfants et jeunes viennent régulièrement de toute la région pour prendre des cours de guitare, d'accordéon, de violon, de piano et de nombreux autres instruments. Ils y apprennent la musique classique et la musique traditionnelle serbe, sous la houlette attentive de ce professeur qui a continué de croire en son rêve malgré les événements dramatiques qui se sont dressés sur son chemin.
Aujourd'hui, l'école de musique accueille plus de 300 élèves, la majorité dans ses locaux principaux à Stanisor et quelques dizaines dans des succursales ouvertes dans les plus grandes enclaves du Kosovo.
Parmi eux, les plus âgés, ceux qui ont rejoint l'école à sa réouverture, recevront bientôt leur diplôme de professeur de musique et partiront un peu partout au Kosovo-Métochie pour former les générations futures. Certains d'entre eux peuvent même sérieusement envisager de vivre comme musicien en Serbie centrale, preuve du grand sérieux de cette école qui travaille pourtant dans des conditions inimaginables.
Nous pensons qu'il est indispensable, parallèlement aux projets urgents et vitaux pour la survie des familles serbes du Kosovo, tel les convois humanitaires, la construction de fermes ou la rénovation d'écoles, de ne pas négliger le sport et la culture.



Une élève de l'école de musique pendant le concert d'inauguration des nouveaux pianos.

En effet, "l'Homme ne se nourrit pas que de pain". Il vit de musique, de tradition, de sa capacité à faire vivre sa culture tout en renforçant les liens entre ceux qui la partagent. C'est la raison pour laquelle nous avons cet été décidé de venir en aide à la seule école de musique chrétienne du Kosovo.
Nous avons acheté sept pianos qui ont été livrés dans les locaux de l'école au mois d'octobre. Installés dans autant de pièces, ils permettront aux élèves de travailler plus efficacement. En effet, les familles n'ayant le plus souvent pas les moyens d'acheter de piano, même d'occasion, les élèves suivant ces cours viennent régulièrement

... / ... Lire la suite

Menu
Recherche